Post

Liste des médicaments pouvant être vendus sur Internet

Posté le 29 janvier 2013 dans France par Colin B.

Au gros dame des pionniers français en terme d’epharmacie, l’ordonnance 2012-1427 limite sérieusement les catalogues produits des sites internet des pharmacies en France. En effet, seuls environ 400 médicaments (comarketing compris) devraient être délivrables via internet.

Mise à jour du 15 février 2013

Suite à un recours déposé en janvier, le conseil d’état a décidé la suspension de cette ordonnance le 14 février 2012. J’en parle sur cette page.

Rappel de l’ordonnance 2012-1427

« Art. L. 5125-34. – Seuls peuvent faire l’objet de l’activité de commerce électronique les médicaments de médication officinale qui peuvent être présentés en accès direct au public en officine, ayant obtenu l’autorisation de mise sur le marché mentionnée à l’article L. 5121-8 ou un des enregistrements mentionnés aux articles L. 5121-13 et L. 5121-14-1.

Médication officinale kézako?

Cette notion peut paraître abstraite pour les néophytes. La médication officinale correspond aux médicaments dits « en libre accès » dans les pharmacies, c’est à dire les médicaments situés de l’autre côté du comptoir, en accès direct au public.

Un exemple classique: les pastilles DRILL

Par contre, tout ce qui est vignetté= remboursé par la sécu (jusqu’à preuve du contraire?) n’est pas en libre accès. C’est pourquoi normalement on ne devrait pas pouvoir acheter de Doliprane classique sur internet. Je dis bien normalement, car actuellement çà n’a pas l’air de déranger plus que çà certains pionniers (cf l’impression d’écran ci-dessous).

doliprane

 

« Drogué » du Doliprane? ne vous inquiétez pas les labos ont pensé à vous. Une version « OTC » est disponible: les Doliprane Lib et Oro en 500 mg.

dolilib

Comment un médicament devient en libre accès?

La liste des médicaments en libre accès est mise à jour par l’ANSM suivant… les demandes des industriels. Il y a donc fort à parier que cette liste soit rapidement complétée par de nombreuses références.

Un médicament dit « conseil » est-il forcément en libre accès?

La réponse est non. Vous ne devriez pas pouvoir acheter de Donormyl (hypnotique/somnifère) sur internet par exemple (ce sera d’ailleurs le sujet d’un autre article).

Ou se trouve cette liste?

Après tout vous êtes là pour çà donc je ne vais plus vous faire perdre de temps et vous invite à consulter la page officielle de l’ANSM: http://ansm.sante.fr/Dossiers-thematiques/Medicaments-en-acces-direct/Medicaments-en-acces-direct/(offset)/0

 
2 Commentaires pour cette entrée
LaSante.net
29 janvier 2013
13:48

Cela aurait été tellement sympathique de mettre un lien dans l’article en référence aux captures d’écrans réalisées ^^

Pour autant que cette liste diffusée par l’ANSM, il est très probable que tout va évoluer très rapidement – y compris cette fameuse liste. Espérons que cette « révolution numérique » autour de l’e-pharmacie fasse évoluer les mentalités chez l’ensemble des pharmaciens.

Car au delà de l’opportunité pour le pharmacien de voir déporter son chiffre d’affaire sur Internet (déporté et non pas subtilisé puisque le volume de médicaments vendus ne changera pas avec Internet, pas plus que la marge commerciale), ce qu’il convient de faire accepter aux pharmaciens, c’est que Internet à un grand rôle à jouer pour le confort des usagers.

Le jour où l’ensemble de la chaine informatique permettra au patient/usager d’aller chez son médecin, de confirmer son ordonnance auprès de la pharmacie (e-pharmacie) de son choix, et qu’il se voit automatiquement remboursé par sa mutuelle, là on aura apporté un vrai confort d’utilisation.

Répondre
colin
29 janvier 2013
14:09

Bonjour Cédric, merci pour votre intervention.
N’ayant pas réalisé des captures d’écran de l’ensemble des acteurs actuels, il ne m’a pas semblé « réglo » de citer seulement ces 2 e-pharmacies.
(à la base je voulais simplement illustrer mon propos, malheureusement les 2 produits ne sont pas disponibles sur une seule et même epharma).
Chacune des epharmacies fera d’ailleurs prochainement l’objet d’un article.

Pour autant que cette liste diffusée par l’ANSM, il est très probable que tout va évoluer très rapidement – y compris cette fameuse liste.

Pourrait-on savoir ce qui vous fait affirmer cela?

Concernant le reste de votre message, je ne suis pas du tout d’accord! Seuls les mieux armés subsisteront, c’est la dur loi d’internet; le pionnier – Doc Morris en a d’ailleurs fait les frais.
Pour que l’ensemble de la profession puisse avoir les mêmes chances, il aurait fallu que l’Ordre mette tout çà à plat depuis bien longtemps ne serait-ce qu’avec un bon gros cahier des charges.
La plupart des pharmaciens qui vont vouloir profiter du filon vont foncer droit dans le mur (je ne parle pas de LaSante qui réunit à peu prés toutes les sécurités auxquelles j’avais pensé).

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 × trois =


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>